Campagnes de sensibilisation

Il est difficile de penser une campagne de sensibilisation circonscrite aux espaces de mobilité, dans la mesure où le harcèlement sexuel résulte d’une socialisation des garçons en hommes, et s’appuie sur une conception de la masculinité qui traverse l’ensemble de la société [1]. Elle doit être donc être combattue dans les écoles (ou les autres lieux de socialisation tels que les clubs de sport) aux âges où elle se met en place. Les organisations agissant contre le harcèlement sexuel, telles que Hollaback! ou Stop Street Harassment, interviennent d’ailleurs en priorité en milieu scolaire.

La première fonction d’une campagne de sensibilisation sera donc d’informer les femmes sur leurs droits : quels sont les moyens présents dans le réseau de transport pour trouver de l’aide (borne d’appel d’urgence, possibilité de faire appel au conducteur ou au personnel de station) ; à qui s’adresser pour porter plainte ; quelles sont les peines encourues par les harceleurs, etc. La campagne ne doit pas reporter la responsabilité du harcèlement sur la femme en prescrivant un comportement (ne pas s’habiller de telle manière, ne pas voyager seule la nuit, etc.) : la responsabilité du harcèlement repose toujours sur le harceleur.

La campagne de sensibilisation peut également s’adresser aux hommes ; même si une campagne à destination des femmes sera de toute façon également lue par des hommes et leur apprendra ainsi que les actes de harcèlement sont proscrits par la loi. La campagne « Don’t be that guy » lancée à Vancouver contre le viol dans le contexte de soirées alcoolisées a par exemple montré son intérêt puisque le nombre de viols a été réduit de 10% entre 2010 (année de lancement de la campagne) et 2011 (source). Une campagne spécifiquement à destination des hommes ne doit pas porter sur les dommages causés aux femmes puisque les actes de harcèlement visent justement à assoir le pouvoir des hommes sur les femmes dans l’espace public : une telle campagne ne ferait que les conforter dans leurs actes. Il est préférable d’insister sur les peines encourues et proposer un comportement exemplaire. La campagne peut également désamorcer les « excuses » avancées par les harceleurs lorsqu’ils doivent rendre compte de leurs actes : ce n’est pas de la « drague », ce n’est pas de l’humour, ce n’est pas anodin, etc. La campagne ne doit pas stigmatiser un type d’homme puisque le harcèlement sexuel public est le fait d’hommes de toutes les catégories d’âge, de classe, d’ethnicité.

L’association Stop Street Harassment met à disposition sur son site internet [2] une base de matériel de communication et de boîte à outils à destination des institutions et des groupes militants. Elle recense également les organisations qui interviennent sur la question à l’échelle internationale ou nationale dans différents pays du monde. L’Egypte, l’Inde et les Etats-Unis sont particulièrement représentés.

[1] Les sociologues considèrent ainsi que : « La domination masculine est un principe de production des sociétés, non un exercice contingent laissé à la bonne ou mauvaise volonté des acteurs » (Lagrave 1999)

[2] http://www.stopstreetharassment.org

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *