Chaque sexe à sa place : les dangers de l’essentialisation

Le premier argument opposé aux voitures réservées aux femmes est le risque qu’elles induisent  d’inscrire durablement les femmes dans un statut de victime et les hommes dans un rôle d’agresseur. On parle d’essentialisation pour désigner le processus qui consiste à fixer durablement des caractères pourtant transitoires en les attribuant à l’un ou l’autre sexe : les femmes sont considérées comme naturellement vulnérables et les hommes naturellement harceleurs.

Or, le harcèlement sexuel, loin d’être l’expression de pulsions sexuelles incontrôlables, est une manière très contrôlée de formuler un rappel à l’ordre sexué visant à signifier à la femme harcelée que sa place ne se trouve pas dans l’espace public, mais bien dans l’espace privé (Lieber, 2008. Il s’inscrit de ce fait dans un continuum des violences de genre (Kelly, 1993). On peut donc estimer que les mesures prises à son encontre ne devraient pas renforcer ce stéréotype en surprotégeant les femmes et en re-créeant pour elles un espace au statut semi-public, mais au contraire réaffirmer la légitimité des femmes à se trouver dans l’espace public, dans sa totalité.

En pratique, « naturaliser » les rapports sociaux de sexe pose différents problèmes :

> les autres wagons, supposément « mixtes », deviennent en fait réservés aux hommes. En heure de pointe, les femmes peuvent s’en voir refuser l’accès au motif qu’un autre wagon leur est réservé.

> Les femmes qui utilisent les wagons « mixtes » courent toujours le risque d’être suspectées de complaisance à l’égard des gestes et remarques sexistes ou sexuelles : puisqu’elles ont le choix de s’en extraire, celles qui restent sont vues comme acceptant de courir ce risque. Non seulement, elles courent plus de risques d’agression sexuelle, mais en cas d’agression effective, il est plus difficile de porter plainte lorsque l’on avait la possibilité d’éviter un risque. La responsabilité de l’agression revient ainsi, au moins en partie, à la femme.

> La séparation physique « naturalise » également l’acte de harcèlement sexuel comme s’il s’agissait d’une pulsion sexuelle et non d’un acte intentionnel. Il est alors d’autant plus difficile de condamner une action qui paraît irrépressible.

> L’institutionnalisation d’une distinction « homme-femme » se traduit en pratique enfin par la difficulté prévisible pour les personnes transgenres ou non-binaires de trouver leur place dans le métro, sans risquer, à leur tour, de harcèlement sexuel ou sexiste.

Pour aller plus loin (en portugais) : cf. sites webs  de la Marcha Mundial das Mulheres, le Portal Madalena, ou les articles de Marilia Moschkovich.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *