Un personnel de sécurité féminin

Une des mesures privilégiées pour assurer la tranquillité des femmes dans les espaces de mobilité, à la place des voitures réservées ou en complément, est la mise en place d’un personnel de sécurité très présent et surtout totalement féminin.

Cette mesure présente a priori le quintuple avantage de :

– renvoyer aux usagères l’image de femmes qui ne sont pas vulnérables ;

– assurer aux femmes qui sont victimes de harcèlement de trouver une oreille attentive, et non pas de risquer des commentaires sexistes ou un redoublement du harcèlement en s’adressant à un personnel masculin ;

– permettre une surveillance plus efficace et plus rapide qu’un système de vidéo-surveillance qui ne peut pas détecter des gestes ou des remarques faits pour être discrets ;

– assurer la continuité de la sécurité tout au long du cheminement de la personne, et non pas uniquement dans les voitures comme dans le cas d’un dispositif de voitures réservées aux femmes ;

– favoriser l’emploi féminin.

Si encore trop peu de réseaux de métro ont mis en œuvre cette mesure pour que ses aspects négatifs puissent être évalués, le détour par les commissariats de police spécialisés dans les violences conjugales au Brésil et composés d’un personnel exclusivement féminin, peut permettre de combler ce manque :

« Malgré la culture machiste dominante au Brésil et en particulier au sein de sa police, le premier poste de police pour les femmes (Delegacia de Defesa da Mulher) ouvrit en 1985 au gré d’une conjoncture qui permettait aux féministes d’obtenir de l’État [de São Paulo] qu’il traite de la violence envers les femmes comme d’un acte criminel grave et d’un problème public. Les mouvements féministes et féminins émergents dénonçaient en effet le fait que la police, quasiment toujours constituée d’hommes, ne poursuivait pas les auteurs de violences physiques et sexuelles envers les femmes. Ces mouvements ne se donnaient pas pour objectif de fonder des postes de police pour les femmes, mais en créant un poste de police exclusivement féminin pour traiter les actes criminels envers les femmes, le gouvernement de L’État de São Paulo répondit aux demandes féministes par la reconnaissance sans précédent du fait que la violence envers les femmes était un crime (Alvarez, 1990). Par cet acte, l’Etat étendait les droits des femmes en redéfinissant un problème jusqu’alors envisagé comme « privé », et même « normal », et créait du même fait de nouveaux emplois pour les femmes dans le corps de police. En outre, le premier poste de police pour les femmes a été reconnu comme un succès par les milliers de femmes qui furent ainsi encouragées à dénoncer la violence qu’elles subissaient en silence. En faisant entrer les femmes au sein du corps de police et en reconnaissance la violence envers les femmes comme un crime, les responsables gouvernementaux de São Paulo entendaient à la fois faire avancer la démocratisation et offrir aux plaignantes un espace sûr (safe space) au sein duquel elles pouvaient dénoncer la violence sans s’exposer aux préjugés d’agents de police sexistes.

Bien que de nombreuses féministes craignaient la police – en particulier du fait de leur expérience de la période répressive de la dictature militaire – la plupart d’entre elles se rallièrent à l’idée de fonder un poste de police pour les femmes. Elles s’engagèrent activement dans les débats portant sur les compétences, les objectifs et le fonctionnement de cette nouvelle institution. Tout en reconnaissance que des agentes de police seraient préférables à des agents, elles soulignaient le fait que, en soi, être une femme n’est pas suffisant pour comprendre le problème de la violence envers les femmes. De plus, les féministes voyaient la criminalisation comme une solution limitée pour mettre fin à ce problème. Elles abordaient la violence envers les femmes depuis une perspective holistique et complexe, envisageant cette question comme un problème à multiples facettes – sociale, culturelle, économique, psychologique et criminelle – et enraciné dans une société structurée par la domination masculine. Pour ces raisons, elles luttèrent pour changer la loi et pour former la culture légale des responsables des postes de police pour les femmes. Elles demandèrent également que l’État crée d’autres services à destination des femmes victimes, tels que des refuges et une assistance psychologique, sociale et légale.

Malgré ces demandes formulées par les féministes, les politiques publiques relatives aux violences envers les femmes se cantonnèrent à la multiplication des postes de police pour les femmes, sans procurer de formation spécifique aux agentes de police et sans créer de services complémentaires. » L’auteure montre dans la suite de l’ouvrage les problèmes suscités par ces actions trop restreintes. Le manque formation par exemple, conduit souvent les agentes à ne pas considérer les violences envers les femmes comme un vrai crime, comme un acte grave. Celles-ci ne refusent pas le dépôt de plainte comme nombre de leurs collègues masculins, mais ont tendance à favoriser la réconciliation familiale plutôt que la poursuite judiciaire du conjoint ou de l’ex-conjoint violent.

Extrait de MacDowell Santons, Cecília. 2005. Women’s Police Stations. Gender, Violence and Justice in São Paulo, Brazil. Palgrave MacMillan, p.16.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *