São Paulo

C’est à São Paulo qu’a eu lieu pour la première fois au Brésil l’introduction de voitures spécifiques, au milieu des années 1990.

L’introduction de ces voitures fait suite à la revendication formulée par le Club des Mères de Mauá sous la forme d’une pétition pour l’introduction de wagons exclusifs pour en finir avec les cas de harcèlement sexuel dans les trains aux heures de pointe (Folha SP – 31.08.95.). Une des leaders du groupe, Maria de Lurdes, 34 ans, empregada doméstica (employée domestique), a été victime de ce type de harcèlement, et s’est retrouvée avec les vêtements tâchés de sperme un jour qu’elle allait au travail. Selon les usagères, les hommes laissent leur braguette ouverte et sortent leur pénis à la faveur de la surdensité dans les transports collectifs. Selon le groupe, les cas de ce type ont été en augmentation au cours de l’année précédente. (Folha SP – 31.08.95.).

La pétition, lancée au milieu du mois d’août 1995 a atteint 3500 signatures en une semaine, et a réuni au total 4600 signatures. Le 1e septembre 1995, la député Rosmary Corrêa, qui a dirigé la première Delegacia de Defesa da Mulher (brigade de police constituée uniquement d’agentes et spécialisée dans les violences envers les femmes), dépose le projet de loi 639/1995 à l’Assemblée législative de l’Etat de São Paulo – Dispõe sobre a obrigatoriedade de reserva de vagões, nos trens matropolitanos, para uso exclusivo de mulheres.

La pétition comme le projet de loi adviennent à quelques jours du début de la 4e Conférence Mondiale de la Femme (en Chine), qui s’est tenue du 4 au 15 septembre 1995. Une co-incidence relevée par le quotidien Folha de SP du 31.08.95.

La mesure est entrée en vigueur dans les trains de banlieue gérés par la CPTM (pas dans le métro) le 16 octobre 1995. Elle s’est accompagnée d’une campagne d’éducation sous la forme de feuillets distribués. Entrée en service du dispositif sur la ligne Santos-Jundiaí : les femmes, les enfants et les personnes âgées auront droit aux deux premiers wagons dans le sens Santos- Jundiaí ; et aux deux derniers dans le sens inverse.  De 4h à 12h a été recensée la destruction de 20% des adhésifs placés sur les wagons par la CPTM… Un problème soulevé par les hommes est que les wagons des femmes se trouvent plus près des escaliers de sortie : pour cette raison un certain nombre d’entre eux n’ont pas l’intention de changer de wagon. (Folha SP 17.10.95.). Le dispositif a été étendu à d’autres lignes jusqu’en 1997, date à laquelle il y est mis un terme.

Deux raisons expliquent la fin de ce dispositif :

(1) la Constitution, qui garantit l’égalité entre hommes et femmes, et interdit toute restriction d’aller et venir. Cela se traduit en termes opérationnels par l’impossibilité de sanctionner (par une amende par exemple) les hommes qui contreviennent à cette restriction.

(2) la sur-fréquentation qui rend impossible de réserver un espace à un groupe.

 

Mais la question de l’opportunité de voitures réservées aux femmes dans le métro de São Paulo reste présente dans la sphère publique brésilienne ; elle est réactivée en particulier en 2013-14.

En mars 2013, le député Jorge Caruso (PMDB) dépose à l’Alesp le projet de loi 175/2013 imposant l’introduction d’au moins un wagon exclusivement à l’usage des femmes sur chaque métro ou train de l’Etat de São Paulo. La Câmara Municipal (Conseil Municipal) approuve quelques mois plus tard (01.10.2013) un projet de loi identique pour la ville de São Paulo (PL 138/2011) qui n’est pas suivi d’effets car le métro comme le train sont de la responsabilité de l’Etat et non de la Ville, mais qui donne du poids à ce type de mesure, au point que l’Alesp approuve le 3 juillet 2014 cette mesure, qui doit encore être validée par le gouverneur de l’Etat, tenant du pouvoir exécutif. L’entrée en service de ce dispositif à Brasília l’année précédente (01.07.2013)  a également joué un rôle dans ce vote, huit ans après la troisième grande ville du pays, Rio.

Cette décision provoque une division dans les rangs féministes, dont la presse rend compte (Folha SP, 12.07.2014). Une réunion est alors organisée sous la direction du Conselho Estadual da Condição Feminina (CECF) le 11 juillet réunissant toutes les organisations féministes apparentées au sujet* pour discuter du PL 1785/2013 (Entretien avec Rosmarry Corrêa, présidente du CECF, le 22.04.2015). Celles-ci votent à l’unanimité une motion contre le projet de loi demandant au gouverneur Geraldo Alckmin (PSDB) d’y mettre son veto et proposant une série de mesures destinées pour traiter le problème. Leur argument : le projet « ne contribue pas à combattre la violence contre la femme, (mais) renforce encore la ségrégation et la culpabilisation de la femme ». Le 12 août, Geraldo Alckmin annonce publiquement la décision de mettre son veto au projet de loi, en s’appuyant sur la motion des organisations féministes, invitées pour l’occasion : « je loue la bonne intention du législateur, mais le chemin de la ségrégation ne semble pas être le bon » (UOL, 12.08.14.).

* A l’exception de centrales syndicales telles que le Moviemento Mulheres em Luta, qui s’est publiquement positionné en faveur des voitures réservées aux femmes. Cf. billet interne « Une protection contre la violence sexuelle ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *