La réduction des congestions : une solution efficace mais coûteuse

Le principal critère qui distingue le harcèlement sexuel dans les transports collectifs du harcèlement dans l’espace public en général est la promiscuité liée aux fortes densités, qui facilite l’occurrence d’attouchements, comme le soulignent Martin Aranguren et Stéphane Tonnelat (article). Ces densités, en constante augmentation, dépassent quotidiennement les 6 voyageurs par m² sur les tronçons les plus fréquentés des lignes de métro parisien par exemple comme la ligne 13 ou la ligne 5 aux abords de la station République.

La réduction des densités au sein des transports collectifs passe par un investissement important destiné à augmenter les fréquences et à multiplier le nombre de lignes.  Cette solution est très coûteuse, comme le soulignent les militantes du MML brésilien, le Movimento Mulheres em Luta, qui exige que 2% du PIB fédéral soit investi dans les transports publics pour résoudre les discriminations à l’égard des femmes en termes de mobilité (source).

Cette « solution » ne mettra pas fin au harcèlement sexuel dans l’espace public, qui est, comme le souligne Marylène Lieber (billet interne), un rappel à un ordre sexué qui dépasse largement les compétences des autorités organisatrices de transport. Mais elle est la réponse la plus satisfaisante qui puisse être donnée dans le cadre d’une action à court terme.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *